Vous ne le savez peut-être pas mais en tant qu’internaute, vous êtes régulièrement soumis·e à une pratique appelée chunking sur le web.

Sur le web, qu’est-ce que le chunking

Voici en quoi elle consiste.

Chunk : définition

🤓​ Avec le mot chunk, la langue de Shakespeare montre une nouvelle fois sa richesse et sa facilité de gambader d’un registre à un autre. A chunk désigne un gros morceau ou une grosse tranche, généralement pour une matière comestible telle que la viande ou la charcuterie. En argot américain, cependant, le même nom désigne un gros costaud… voire un gros tout court, de manière très péjorative.

C’est plutôt du verbe dont s’est inspiré le langage web. To chunk something, c’est décomposer quelque chose – à l’instar d’une mission, par exemple, que l’on va décomposer en plusieurs tâches pour la rendre plus digeste. Sur internet, le chunking désigne donc une méthode d’organisation d’un contenu ou d’une information qui va découper puis regrouper les informations en petits groupes.

Comment pratiquer le chunking sur son site internet ?

🧠​ L’objectif ? Faciliter la lecture et, in fine, la mémorisation. L’exemple le plus emblématique est celui des numéros de téléphone : on encouragera plus volontiers d’appeler le 0800.999.888 que le 08.00.99.98.88.

De nombreuses pages web pratiquent, consciemment ou inconsciemment (mais souvent très consciemment quand même) le chunking, parfois appelé tronçonnage en bon français bien bourrin. Pour cela, quelques réflexes à adopter :

  • rédigez des paragraphes courts (une soixantaine de mots au maximum)
  • utilisez des sous-titres courts et clairs
  • intégrer des images pour briser la monotonie
  • aérez votre contenu : vivent les grosses interlignes

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.