Le vendredi 4 juin, le gouvernement nigérian a officiellement décrété la suspension de Twitter sur son territoire.

camille-carollo-redacteur-web-freelance-nigeria-twitter

La mesure a été prise deux jours après qu’un tweet du président a été censuré par le réseau social.

Le président Muhammadu Buhari réduit au silence

C’est un communiqué qui a mis un terme à la présence de Twitter au Nigeria « pour une durée indéterminée ». Le gouvernement de ce pays – le plus peuplé d’Afrique et le septième pays du monde par son nombre d’habitants – n’a que peu apprécié la suppression, par les modérateurs du réseau social, d’un tweet posté le 2 juin 2021 par le président Muhammadu Buhari.

En fonction depuis 2015, le presque octogénaire menaçait dans son message les responsables des violences actuelles dans le sud-est du pays. En faisant tel, Twitter a estimé que le chef de l’État enfreignait ses règles d’utilisation.

Pour le gouvernement, Twitter ne loge pas tous les Nigérians à la même enseigne

Pour le ministre de l’Information de cette république fédérale, Twitter applique une justice à deux vitesses en censurant les commentaires du président d’un côté et, de l’autre, en tolérant les tweets du chef d’un groupe séparatiste actif dans le sud-est du Nigeria qui, selon lui, encouragent la violence.

Le gouvernement nigérian n’en est pas à son premier coup d’éclat. En 2019 déjà, il avait mis en place des mesures plus strictes pour réguler les médias – une dangereuse restriction de la liberté d’expression pour la société civile.

Catégories : Twitter

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.