Trois membres du Computer Laboratory de la prestigieuse université de Cambridge se sont penchés sur les raisons qui poussent des gens comme vous et moi, sur un coup de tête ou après un temps de réflexion plus conséquent, à retirer quelqu’un de leur liste d’amis Facebook ou, comme on dit en Amérique, à « unfriend someone ».

Si une personne inscrite sur le célèbre site de réseautage social a en moyenne 130 amis (ces chiffres varient bien naturellement selon les pays), cette personne se trouvera bien un jour devant le dilemme de garder ou non tel ou telle ami(e) dans sa précieuse sélection.

 

En y réfléchissant bien, l’on peut d’ores-et-déjà lister quelques motifs de rupture : publications trop fréquentes, ou inintéressantes, invitations polluantes trop nombreuses (« Suzanne vous a invité à SimCity Social »), copain, copine perdu(e) de vue, ex-partenaire, points de vue politiques, idéologiques différents… La liste est non-exhaustive. Mais le trio de chercheurs britanniques nous gratifie d’autres faits bons à savoir.

 

Les conclusions principales à en tirer

Pour faire les choses dans les règles de l’art, Daniele Quercia, Mansoureh Bodaghi et Jon Crowcroft ont analysé plus de 34 000 relations faites et défaites sur le géant américain. Ce faisant, ils ont observé que deux amis verront leurs chances de rupture se multiplier s’ils ne font pas parti du même cercle social (vu que sur Facebook et jamais dans la « vraie » vie) ou s’ils appartiennent à deux générations différentes.

 

Les chercheurs ont aussi remarqué qu’une relation aura plus de chances de subsister si les deux amis ont en commun unE troisième amiE – splendide illustration du pouvoir pacificateur du beau sexe. Également souligné par l’étude : plus les deux amis ont de contacts en commun, plus leur amitié virtuelle aura de chance de perdurer.

Retrouvez ici l’étude complète, avec parties, sous-parties et algorithmes mathématiques

Catégories : Facebook

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.