L’information nous vient du journal espagnol Marca : les athlètes de la délégation italienne sélectionnée pour les Jeux Olympiques de Londres devront garder leurs commentaires, coups de gueule et autres calembours pour eux – tout du moins jusqu’à la fin de l’événement.

Pourquoi une telle mesure ?

Si vous avez été habitué aux sorties fracassantes de sportifs transalpins tels que Mario Balotelli et qu’une telle restriction vous plonge dans l’indignation, vous devez d’abord en saisir les raisons. C’est au Comité National Olympique Italien (CONI) que l’on doit la mesure. Son objectif est double : éviter les dérapages, bien entendu, mais aussi et surtout, assurer l’exclusivité de l’événement des Jeux aux marques partenaires, qui batailleront dur pour s’imposer sur les réseaux sociaux.

 

Quelle peine pour les rebelles ?

L’Italie ne plaisante pas : le CONI a d’ores-et-déjà prévenu ses athlètes que l’amende pourrait monter jusqu’à la rondelette somme de 100 000 euros. De quoi tourner sept fois son pouce avant de tweeter… Plus qu’une petite semaine avant le lancement de ce que certains sportifs ausoniens surnomment déjà le « silenzio olimpico ».

Catégories : FacebookTwitter

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.