A Chicago, les forces de l’ordre et les gangs jouent au gendarme et au voleur… sur les réseaux sociaux.

Gangrénée par la violence, la 3ème plus grande ville des États-Unis, forte de 850 gangs, voit des délinquants publier régulièrement sur Facebook, Instagram et Twitter des photos ou commentaires de leurs exploits. Au programme : billets verts, drogues dures et armes à feu, le tout surveillé de très près par la police

 

Les réseaux sociaux, pourfendeurs de l’ordre public

Les cops de Chicago patrouillent désormais sur les réseaux sociaux autant que dans les rues de la ville. Ils justifient leur initiative par un chiffre plutôt costaud : près de 80 % des dérangements causés dans les établissements scolaires de la première ville de l’Illinois trouveraient leur origine dans des échanges en ligne. Les exemples glauques se sont récemment multipliés, à l’instar de Shondale Gregory, un adolescent exécuté d’une balle dans la tête et dont les photos du cadavre ont été postées sur Facebook.

 

Cincinnati et New York sur les pas de Chicago

La confrontation méchants/gentils sur les réseaux sociaux : le propre de Chicago ? Que nenni : Cincinnati et New York se sont d’ores-et-déjà pliées à ces nouvelles règles du gangstérisme.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.