Dans le cadre de la campagne appelant au soulèvement des femmes dans le monde arabe, une jeune militante syrienne a posté sur le site de réseautage social une photographie d’elle-même où l’on peut la voir poser sans voile. Mais quelques jours plus tard, il semblerait que Facebook ait pris la liberté de retirer le dit cliché

C’est le 1er octobre 2012 que cette campagne a été lancée sur Facebook. Créée par deux Libanaises, une Egyptienne et une Palestinienne, la campagne vit sur le réseau social à travers une page appelée « The Uprising of Women in the Arab World » (« Le Soulèvement des Femmes dans le Monde Arabe »). La page compte déjà à son actif plus de 69 000 fans à travers le monde.

 

Facebook muet devant les accusations de censure

Mais voilà, Facebook a tout récemment cessé d’être simple spectateur pour devenir acteur à part entière – et ce, pas forcément pour le mieux. Dana Bakdounis (c’est le nom de la jeune militante syrienne qui a posé « dévoilée » il y a quelques jours) a en effet vu sa photo censurée par le réseau social, cinq jours après qu’elle l’a publiée. En même temps, le compte Facebook de Yalda Younès, l’une des deux Libanaises administratrices de la page « The Uprising of Women in the Arab World », a également été bloqué. Le géant du réseautage social a-t-il donné des explications ? Non, pas la moindre.

Twitter : l’excuse qui tombe bien ?

En réaction, plusieurs militantes (et militants) ont diffusé en masse le fameux cliché de Dana Bakdounis. Et puis quelques jours plus tard, ô magie, Facebook restituait l’image sur la page d’origine. Yalda Younès sera moins veinarde : le réseau social refuse toujours de débloquer son compte. Un peu plus tard, ce sont toutes les administratrices de la page qui recevront un message d’avertissement de Facebook, les blâmant d’avoir invité tous les fans de « The Uprising of Women in the Arab World » à soutenir Dana Bakdounis sur Twitter, Némésis du site de Mark Zuckerberg. Entre faux prétexte et véritable censure, les intentions de Facebook restent obscures, pour les fondatrices du groupe comme pour la presse internationale.

Catégories : Facebook

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.