Elles seraient deux entreprises sur trois sur le sol européen à interdire à leurs employés l’accès à Facebook dans leurs locaux. C’est ce que nous rapporte Les Échos ; le quotidien regrette le risque de voir un fossé toujours plus large se creuser entre les générations X et Y.

Une enquête menée par Ipanema Technologies et Easynet appelée « Killer Apps 2012 » souligne la réserve émise par les CIO européens quant aux réseaux sociaux. L’étude met ainsi quatre points en exergue :

 

–          67 % des directeurs des systèmes d’information (DSI) en entreprise affirment bloquer Facebook

–          60 % d’entre eux interdisent l’accès à YouTube

–          Près de la moitié bloque Twitter

–          Environ 55 % d’entre eux interdisent l’accès à toute forme de vidéo online

 

L’accès aux médias sociaux en entreprise : est-ce vraiment si mal ?

Une autre enquête, signée McKinsey cette fois-ci, un cabinet de conseil auprès des directions générales, montre que les entreprises autorisant leur personnel à accéder aux médias sociaux verraient leur productivité augmenter de 20 à 25 %, tous secteurs économiques confondus.

 

Car si Facebook, Twitter et compagnie sont capables d’enrichir les rapports humains à l’intérieur de l’entreprise, ils peuvent aussi constituer un plus non négligeable dans la création des produits, dans le relationnel avec la clientèle, dans les techniques de marketing ou bien encore dans le service après vente.

 

Les critiques des professionnels

Lisa Myers, directrice de Verve Search, une agence spécialiste du SEO, fustige ce genre de pratiques. Selon elle, les entreprises prennent de gros risques en bloquant l’accès aux médias sociaux. Pour elle, ces boîtes se coupent d’un retour sur investissement conséquent, négligeant la prédominance de ces réseaux dans la vie des moins de 30 ans.

 

Lisa Myers estime que c’est en intégrant cette puissance dans l’entreprise, et non pas en lançant une croisade contre elle, que l’entreprise parviendra à établir une fidélisation durable de ses employés.

 

Justin Fielder, cadre chez Easynet, acquiesce. Pour lui, l’Europe doit prendre modèle sur les Etats-Unis, qui encouragent un usage juste et légitime des réseaux sociaux en entreprise. Il estime colossale l’apport de ces médias dans le succès d’une entreprise et souhaite une approche plus souple et plus compréhensible de la part de la génération X des pratiques de la génération suivante.

Catégories : Autres

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.