Lady Gaga en aurait près de 30 millions, Wayne Rooney environ 5 millions et David Cameron, 2 honorables millions. Mais combien, parmi ces fans, sont bel et bien réels ? Une startup britannique s’est engagée à démasquer les followers fantômes de la twittosphère des chanteurs, politiques et sportifs célèbres du globe.

L’indice Twitter plus fort que la popularité Facebook

Il n’y a pas si longtemps, le nombre d’amis Facebook d’un individu suffisait à évaluer sa popularité sur les réseaux sociaux ; mais cette valeur a été depuis supplantée par l’indice Twitter. Le nombre de followers qu’un compte Twitter possède est considéré comme une mesure d’influence, mesure pouvant être traduite en valeur monétaire par les annonceurs.

 

Par exemple, avant que les Jeux Olympiques de Londres ne commencent, beaucoup d’athlètes ont été encouragés à tweeter sur tel ou tel produit (des voitures, par exemples) qu’ils avaient reçus de la part de leurs sponsors.

 

Un logiciel contre les followers fictifs

L’entreprise Status People a donc mis au point un logiciel visant à définir qui de vos followers sont faux, inactifs et bons. L’un des cadres de l’entreprise explique que les faux comptes sont mis en place pour créer une fausse communauté ou envoyer des spams. Ils n’ont normalement eux-mêmes aucun follower mais peuvent suivre un grand nombre de personnes. Les comptes inactifs peuvent être des personnes réelles mais qui n’ont rien tweeté ou re-tweeté depuis longtemps – des consommateurs d’informations plutôt que des acteurs de l’information, donc. Et les bons followers, ce sont tous les autres.

 

Ainsi, l’on apprend grâce à ce logiciel que sur les 30 millions de followers de Lady Gaga, 29% seulement sont bons, contre 30% pour Wayne Rooney et 37% chez David Cameron. Un outil crée somme toute pour relativiser sur ce qu’est être populaire.

Catégories : Twitter

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.