Il a fait fantasmer plus d’un utilisateur et community manager : le bouton « Je n’aime pas » sur Facebook fait son comeback, encore et toujours, sur le devant de la scène.

Mark Zuckerberg n'aime pas

Mais voilà : Mark Zuckerberg, à défaut d’avoir véritablement tranché, a évoqué son profond désamour pour le bouton « Je n’aime pas ».

 

L’explication officielle… et l’explication officieuse

Officiellement, le fondateur du célèbre réseau social dit craindre que ces deux boutons ne se transforment en un mécanisme de vote pour juger les contenus publiés. Chez les mauvaises langues, on aura tôt fait de conclure qu’il ne veut surtout pas prendre le risque d’irriter les annonceurs.

 

Comment exprimer tous ses sentiments sur Facebook ?

Mais le grand cœur de Mark Zuckerberg n’est pas anti-expression des sentiments. La preuve avec les superbes émoticônes disponibles depuis pas si longtemps à l’occasion des mises à jour de statut. Et avec cette phrase, prononcée le 11 décembre 2014 par le trentenaire au cours d’une session questions-réponses avec le public : « Nous discutons de la bonne manière de permettre aux gens d’exprimer un large éventail d’émotions ». Un clavier d’ordinateur, de smartphone ou de tablette capable de jauger le niveau de tension de l’utilisateur à la lecture d’un message, peut-être ?


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.