Au début, ce combo de boutons de clavier, aujourd’hui archiconnu, servait à redémarrer un PC. Mais plus tard, il s’est mué en un raccourci visant à accéder à des paramètres divers de Windows, comme le changement de mot de passe ou la connexion au fameux (et anxiogène) gestionnaire des tâches.

Mais on est bien d’accord : devoir appuyer sur pas une, pas deux, mais bien trois touches pour tomber sur des fonctionnalités aussi importantes, ça relève bien de l’ineptie ? Bill Gates vient de trancher, à l’occasion d’une conférence organisée fin septembre 2013 : la réponse est oui.

 

L’ingénieur David Bradley sur le banc des accusés

Mais voilà : l’ami Bill Gates ne compte pas couler tout seul, oh que non. Selon le fondateur de Microsoft, la faute reviendrait à David Bradley, l’un des ingénieurs qui a conçu le premier PC chez IBM. Bill Gates, bon perdant, admet qu’avoir conservé cet improbable coup en trois temps était « une erreur ».

 

Ctrl+Alt+Suppr : béni par les programmeurs

Rendons tout de même à César, enfin, à David Bradley en fait, ce qui lui appartient : Ctrl+Alt+Suppr a tout de même révolutionné la vie des programmeurs qui, avant cette incantation des temps modernes, perdaient de précieuses minutes à redémarrer manuellement leur ordinateur.

Catégories : Autres

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.