Alors que s’apprête à être promulguée, le 24 octobre 2019, la loi créant un droit semblable à celui du droit d’auteur pour la presse en ligne, Google a déclaré qu’il refusait de payer les éditeurs pour l’indexation de leurs articles.

camille-carollo-redacteur-web-freelance-community-manager-paris-google-presse

Une annonce qui fait grincer des dents lesdits éditeurs.

Que dit cette loi ?

Le concept de cette nouvelle loi, c’est le suivant : transposer une directive européenne prévoyant d’accorder une rémunération aux éditeurs de presse pour tout article indexé par le moteur de recherche Google.

Plus d’extraits ni illustrations sur Google ?

Sauf que chez Google, on rechigne à mettre la main à la poche. Le leader de la recherche sur le web a prévenu que payer les éditeurs, très peu pour lui. Provocateur, le moteur a même affirmé que dès le 24 octobre 2019, il cesserait d’afficher de courts extraits d’articles, pour se focaliser uniquement sur l’affichage des titres des articles. Exit, aussi, l’affichage de l’illustration. En gros, tout ce qui pousse l’internaute à cliquer sur un lien…

La dilemme résumé par le président de l’association des éditeurs européens de journaux

La condition exigée par Google pour revenir sur sa décision ? Que les éditeurs renoncent à leur rémunération. Carlo Perrone, président de l’association des éditeurs européens de journaux, a ainsi résumé le deal : « Google place les médias devant un fait accompli : soit ils donnent au géant américain leur contenu gratuitement, soit ils seront fortement pénalisés par le moteur de recherche« .

Catégories : Référencement naturel

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.