Les faux avis sont l’une des bêtes noires d’Amazon.

camille-carollo-redacteur-web-freelance-paris-facebook-amazon

Le géant du e-commerce blâme les réseaux sociaux avec, en première ligne, Facebook et ses contrôles soi-disant pas assez rigoureux.

1 demi-milliard de dollars dédiés à la lutte contre les faux avis

La plateforme FakeSpot a tenté d’évaluer le pourcentage de faux avis publiés au sujet d’Amazon depuis le début de la pandémie de Covid-19. Sur 720 millions d’opinions scrutées, 42 % seraient non fiables – c’est 6 points de plus que l’année précédente. Malgré les quelques 500 millions de dollars déboursés par le groupe contre ces faux avis, Amazon peine à enrayer la dynamique.

Cible : les fabricants frauduleux

Sa nouvelle stratégie ? Exiger des leaders du réseautage social – c’est-à-dire Facebook, que le communiqué de presse d’Amazon ne nomme pas – un contrôle renforcé en la matière. « En à peine quelques clics, on trouve pléthore de groupes Facebook dédiés à ces fraudes », résume la page Tech de BFM TV. « Le fabricant frauduleux va attirer l’internaute avec un produit gratuit, sous réserve de lui attribuer une note de cinq étoiles par le biais d’un avis dit « vérifié ». Ces groupes peuvent fédérer plusieurs dizaines de milliers de personnes, et tout autant d’avis (trop) positifs pour des produits souvent de mauvaise qualité ».

L’appel de Bezos

La firme de Jeff Bezos a expliqué avoir déjà rapporté plus de 1 000 groupes semblables sur la seule année 2021. Pour la multinationale, « protéger les clients nécessite que nous travaillions en coopération, pour que nous mettions à profit nos connaissances uniques, soyons alliés, et arrêtions les tentatives de fraudes et de faux avis avant que cela n’ait un impact sur nos clients ».

Catégories : Facebook

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.